Ministère de l’Eau et de l’Energie

Sceau de Republique Gabonaise

Guy Bertrand MAPANGOU recoit une mission d'appui de la Banque Mondiale

Logo

Dans le cadre du projet « accès aux services de base en milieu rural et renforcement des capacités » le Ministre de l’Energie et des Ressources Hydrauliques, Monsieur Guy Bertrand MAPANGOU, a reçu enaudience, une mission de la Banque Mondiale conduite par Monsieur Stephan GARNIER, Directeur du projet Energie au sein de l’institution. Pour la partie gabonaise, Monsieur Ange MAVOUNGOU MBOUMBA, Conseiller du Ministre est le Coordonnateur de ce projet.

 L’ordre du jour portait notamment sur les points suivants.

- les premiers investissements devraient intervenir au deuxième semestre de l’année 2016. L’initiative de cet atelier a été saluée par Monsieur le Ministre qui s’est dit convaincu par l’intérêt que plusieurs opérateurs portent au projet. Cependant, s’agissant de l’implication de la SEEG, elle ne peut véritablement avoir lieu avant la prise d’une décision sur la suite à donner à sa requête de renouvellement du contrat de concession avec l’Etat Gabonais. Quant aux investissements prévus dans les trente (30) premiers villages pilotes, la priorité doit être accordée aux « zones rouge » du rapport McKinsey.


- La mise en vigueur du projet  assujettie à la mise en place du Comité de Pilotage, à l’élaboration du manuel d’exécution du projet et à l’observation des conditions de validité de l’accord de financement au niveau du Gabon.

- Le Plan de Travail et Budget Annuel 2016 (PTBA)dont un modèle a été présenté à la CN-TIPPEE chargée de la mise en œuvre fiduciaire du projet et au coordonnateur. Une première version du document final sera transmise à la Banque Mondiale à la fin du mois de décembre. Celle-ci prendra en compte toutes les activités des dix-huit (18) premiers mois du projet à exécuter en 2016 et les programmes de renforcement des capacités des différentes entités du MERH. La validation du PTBA interviendra à la fin du mois de janvier 2016.

Monsieur le Ministre a suggéré que le projet affecte le moins possible les populations, dans la mesure où l’environnement offre plusieurs solutions pour l’implantation des ouvrages. De plus, il a insisté sur la sensibilisation des intervenants dans ce projet qui gagneraient à avoir une bonne connaissance du milieu rural et sur l’implication des bénéficiaires.

PUBLIE PAR CCOM MERH

Publié le : 14 / 12 / 2015


En Haut